• 20CS
  • 25CS
  • 30CS
  • 40CS
  • 50CS
  • CSR50
  • CSR65
  • CSR85
  • Roadrunner
  • 10TB
  • 20TB
  • 30TB
  • 40TB
  • Quickswap
  • Quickswap & Tag

EMPLOYÉ VEDETTE | STEVE FRÉCHETTE, SOUDEUR

16 Avr
2021

Catégories

Le 16 avril 1996, Steve est engagé pour un contrat d’un mois chez NRC. 25 ans plus tard, il est toujours ici! C’était un LONG contrat d’un mois 😉 

«Quand j’étais jeune et que je passais devant la bâtisse, je disais que j’allais travailler là un jour. Je suis venu une première fois porter mon CV en sortant de l’école. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas d’ouvrage pour moi. J’étais déterminé à travailler ici, alors je suis revenu 2 semaines plus tard. On m’a offert un contrat de travail de 1 mois, j’ai immédiatement accepté. Depuis, je n’ai jamais bougé ou pensé quitter.»

(On veut juste mentionner que quand Steve dit qu’il rêvait de travailler chez NRC en passant devant la bâtisse, il ne parlait pas de notre belle usine actuelle, ou même des premiers agrandissements. Nenon. Il parle de ceci, que tout le monde appelait affectueusement *cours à scrap*)

Steve fait donc partie de la NRCFAMILY depuis 25 ans. Mais pourquoi avoir choisi NRC en premier lieu? En dehors de la magnifique usine 🙄

SF: Je savais qu’ils fabriquaient d’impressionnants towings chez NRC. Moi en sortant de l’école, je ne voulais pas être dans une chaîne de production. Toujours faire la même chose, les mêmes pièces… C’est pas pour moi. Je voulais faire de la grosse soudure. Un towing, je compare souvent ça à une auto à coller! C’est la même chose qu’un gros Lego, qu’un jouet à monter. Et à la toute fin, tu vois le résultat complet et peut être fier de ta contribution.

Le sentiment d’appartenance, la fierté ici, c’est incomparable. Quand je conduis et que je vois un NRC sur la route, c’est indescriptible. Les gros towing, depuis 20 ans, c’est moi qui fait le frame et le cœur.

En 25 ans, il en a vu de l’évolution et des innovations chez NRC. Qu’est-ce qui l’a particulièrement marqué? 

SF: Quand je suis rentré chez NRC, on était une vingtaine d’employés (aujourd’hui nous en comptons plus de 165). Stéphane travaillait dans une maison mobile sur le côté de la shop. J’ai vécu tous les agrandissements, j’ai vu la shop évoluer, mais surtout, toutes les époques d’équipements! 

Quand j’ai commencé à fabriquer des towing, c’était des cahiers Canada, des notes là, pas des beaux plans comme aujourd’hui. C’est comme ça que j’ai appris. C’était beaucoup de travail de soudure les anciens équipements! Plus de buffage, c’était quasiment de la tôlerie pour que tout soit parfait! Les premières ailes rondes du HIM, c’est Jean-Luc et moi qui les avons fait à la main. Il n’y avait pas beaucoup de marge d’erreur mettons (rires). 

Au début chez NRC on était tous des créateurs, des artistes. Tout était nouveau! Alors quand un client demandait un nouveau type de rangement pour une fourchette ou un accessoire, on le créait sur mesure! C’était une belle époque créative ça!

No photo description available.

Dans les tout débuts, est-ce que vous vous imaginiez que NRC allait devenir si gros? 

SF: On savait qu’on fabriquait de bons produits, quelque chose de différent. Mais jamais de la vie on aurait pensé que la compagnie deviendrait si importante. Ma plus grande fierté c’est de dire aux gens qu’on vend des équipements partout dans le monde.

Comment on fait pour garder des employés talentueux comme Steve aussi longtemps avec nous, dans un marché de l’emploi aussi compétitif? 

SF: J’ai toujours été bien ici. J’ai eu plusieurs offres au fil du temps c’est sûr. Mais j’ai tout le temps adoré l’ambiance. Jamais je me suis senti comme un numéro, comme un simple employé. On est une famille. Le côté humain très présent de l’entreprise, ça toujours été là. J’ai vu des gars aller jaser avec Norbert d’un petit quelque chose et finalement passer une heure à discuter dans son bureau. Tout le monde prend le temps.

La collaboration, le travail d’équipe… C’est comment chez NRC? 

SF: Jamais ici t’as pas le temps d’aider quelqu’un. Quand un nouveau vient me voir pour me dire que quelque chose marche pas, je vais prendre le temps d’aller voir avec lui et suggérer une piste de solution. 

Moi je pars du principe qu’on s’est tous fait donner notre chance quand on a commencé. Quand tu commences, t’es pas à ton meilleur. Quand je suis sorti de l’école, j’étais pas un soudeur. Mais j’aime dire que l’équipe ici et l’expérience m’a rendu un bon soudeur (sans prétention là)» – c’est approuvé par NRC cette déclaration-ci.

Le projet le plus cool sur lequel tu as travaillé? 

SF: Pas le choix de dire le CSR85 – parce que c’est juste tellement impressionnant que ce jouet-là lève 85 tonnes aisément. 

J’ai eu le même sentiment au premier HIM. La table jig qu’on a présentement a été fabriquée spécifiquement pour le conception du premier HIM, le 50/03.

À part NRC, qu’est-ce qui te passionne dans la vie? 

SF: Le plein air, le vélo avec ma blonde, passer du temps en famille. J’adore la pêche et la chasse! Chaque année, je vais passer une semaine dans le nord (le vrai nord là, 51e parallèle pour être exact). Ça fait du bien relaxer en nature, loin de son téléphone, juste décrocher. J’initie tranquillement mon gars à la chasse, ce sera une belle activité à faire ensemble!

Ma grande fille de 14 ans étudie au Programme d’Études Internationales et elle est super allumée! On a l’occasion d’avoir de plus en plus de discussions intéressantes sur une tonne de sujets. 

Pour finir, qu’est-ce que ça veut dire pour toi NRCFAMILY? 

SF: Faire partie de l’équipe, faire partie de la famille. Quand tu viens travailler, oui c’est un job, mais pas un job en même temps. C’est comme un deuxième chez soi.*

*Note de l’auteur: Je vous jure que personne les force à dire ça!